Mon chien a peur des autres chiens

 

Votre chien a peur des autres chiens. Dès qu’il voit un congénère, vous voyez peut-être ses oreilles se rabattre en arrière, sa queue rentrer entre ses pattes, il se fait tout petit, et tente même de fuir. A moins qu’il ne se mette à grogner et aboyer pour essayer d’intimider l’autre chien et le faire fuir. Dans tous les cas, les promenades sont sources d’angoisses car vous ne savez plus comment rassurer votre animal, comment éviter les accrochages et les remarques désagréables de la part des autres propriétaires de chien. Voici quelques éclairages pour mieux comprendre et appréhender ces situations.

 

 

Comprendre sa peur

 

La peur est une émotion indispensable et vitale : c’est elle qui pousse les êtres vivants à réagir face au danger (qu’il soit réel ou imaginaire), que ce soit par la fuite, l’immobilisation, l’attaque ou autre. C’est également une émotion qui ne devrait pas durer dans le temps, pour éviter un traumatisme au chien. Il peut arriver que la peur devienne ainsi une phobie. Dans ce cas là, la réaction de votre chien va vous paraître disproportionnée et peut durer dans le temps, bien après la fin de la situation gênante.

Il peut y avoir plusieurs causes menant à la peur des autres chiens. Votre chien manque peut être de socialisation, c’est-à-dire qu’il n’a peut être pas eu de contacts avec ses congénères, notamment dans son enfance. Par exemple, il arrive que des chiots séparés trop tôt de leur fratrie ne rencontrent aucun autre chien une fois placés dans leur nouvelle famille.

Il se peut aussi qu’il ait vécu une expérience traumatisante. Si votre chien est plutôt craintif, l’accumulation de plusieurs mauvaises expériences peut favoriser cette peur et même la transformer en phobie. Cela arrive par exemple, quand un petit chien peu rassuré rencontre de grands chiens débordants d’énergie qui vont faire sa connaissance trop brusquement. Si le petit chien est traumatisé, il pourra alors grogner, aboyer et se montrer agressif vers les grands chiens.

N’oublions pas non plus le rôle des maîtres, qui, pensant rassurer leur chien vont le caresser et lui parler gentiment, ce qui ne fera que confirmer au chien qu’il a raison d’avoir peur. Le forcer à rester au milieu d’autres chiens n’est pas mieux et risque même d’entacher votre relation avec lui.

Si votre chien a peur des autres chiens, la première chose à faire, c’est de l’accepter tel qu’il est et de le respecter. La deuxième chose serait de lui redonner confiance !

 

L’aider à se rassurer

 

Si votre chien manifeste de la peur à l’approche d’un congénère, la meilleure attitude à avoir est de rester calme et neutre vis à vis de la situation. Si vous essayez de le rassurer en lui parlant doucement ou en le caressant, il pourrait interpréter vos gestes comme une justification de sa peur : si vous tentez de le rassurer, c’est donc qu’il a raison d’avoir peur. Il pourrait également reproduire son comportement pour bénéficier de votre attention. Enfin, ne le forcez jamais à rester dans une situation stressante. Cela pourrait se révéler encore plus traumatisant pour lui et vous risquez de lui faire perdre sa confiance en vous. Qui plus est, si vous êtes ochlophobe (peur de la foule, sentiment d’oppression lié à la densité de personnes), alors vous plongez le premier samedi après-midi de soldes dans une grande enseigne de vêtements ne vous aidera pas à surmonter votre phobie. Donc, dans un premier temps, le plus simple pour votre compagnon est d’éviter les rencontres.

Vous pouvez l’aider en ayant recours à différentes techniques. La désensibilisation a pour but de réduire le stress de votre chien en lui présentant la situation dérangeante de manière progressive jusqu’à ce qu’il ne stresse plus. Par exemple, vous pouvez maintenir une distance de plusieurs mètres avec les autres chiens, puis diminuer cette distance au fil des bons apprentissages. Vous pouvez également faire des rencontres avec des chiens très tolérants, puis introduire petit à petit des chiens aux profils émotionnels variés.

L’habituation consiste à apprendre au chien à ne plus réagir lorsque la situation dérangeante se présente. Il s’agit en fait d’habituer le chien à la situation, qui devient alors de moins en moins dérangeante. En multipliant les promenades dans des lieux fréquentés par d’autres chiens, le chien peut apprendre qu’il n’y a pas de danger pour lui ( en prenant garde de ne pas mettre le chien dans une situation trop forte pour lui).

Enfin, le contre-conditionnement est un moyen d’associer une expérience positive à la situation dérangeante. Par exemple, un fois le chien désensibilisé, le jeu peut être proposé au chien alors que ses congénères évoluent non loin de lui.

Ces 3 méthodes peuvent être utilisées. Quelque soit les techniques appliquées, le point crucial du succès est le respect du rythme d’apprentissage du chien. Surmonter une phobie est un processus qui peut être long, les maîtres doivent se montrer patients et indulgents envers leur chien. Il est aussi important de se faire aider par un professionnel, car des mauvaises réactions de la part des propriétaires peuvent aggraver la situation. Et n’oubliez pas que le chien est un animal social, il a besoin de contacts avec ses congénères. Ainsi, l’aider à surmonter ses peurs et lui offrir la possibilité d’interagir avec les autres chiens est un des plus beaux cadeaux que vous puissiez lui faire.

 

Photo : Black Chihuahua © Ivonne Wierink – Fotolia.com

Les commentaires sont fermés.